Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2005 2 13 /12 /décembre /2005 07:01

A quoi ça sert ? Comment Ca Marche ?

La Batterie de Gimart

 

Cf Article "Processus de fabrication du sucre à la fin du 19eme siècle" Etape 3-4

  A quoi ça sert ?

Nous nous situons toujours dans le processus d’évaporation du vesou, afin de concentrer le sucre.

Dans la plupart des sucreries coloniales, juste après la défécation, le vesou était amené dans « un équipage »de grandes bassines hémisphériques en fonte, de différentes dimensions, et que l’on distinguait par :

  • LA PROPRE : celle qui recevait le jus déféqué
  • LE FLAMBEAU : Où l’on reconnaissait à la couleur du vesou si la défécation était complète.
  • LE SIROP : Où le jus continuait à se concentrer en prenant une consistance sirupeuse.
  • LA BATTERIE : A cause du bruit que faisait l’ébullition du sirop

 

 



Batterie ADRIENNE 

 

Cet équipage était aussi connu sous le nom de BATTERIE ADRIENNE

18 à 20 personnes  étaient nécessaires pour le fonctionnement de cette batterie en effet il fallait écumer et tranvaser en permanence la matière première d’une bassine à l’autre et prendre d’infinie précaution pour que le jus ne deviennent pas roux.

 

Comment ça marche ?

En 1824 le sucrier Réunionnais Louis Stanislas Xavier Gimart réussit à remplacer toutes ces opérations en mettant au point une seule et même batterie rectangulaire divisés en plusieurs compartiments et alimentée par un même foyer situé a l’extrémité.

Ce foyer alimenté par la bagasse, chauffé le fond de la cuve (16 mètres de longueur, 1,25 mètre de large sur la gravure ) et permettait un débordement facile du vesou, par ébullition, d’un compartiment dans l’autre. (Les séparations présentes dans la cuve n’atteignaient pas le haut de celle-ci)

 

 

Batterie de Gimart, BRISSONNEAU NANTES 

 On alimentait la batterie en jus déféqué à l’opposé du foyer afin qu’en passant successivement d’un compartiment à l’autre, il rencontre sans cesse des surfaces plus chaudes.

Avec ce système, amélioré par Mr de Villeneuve (Réunion), cinq à six personnes pouvaient assurer la même production qu’avec la batterie Adrienne tout en économisant  du combustible.

 

A Mayotte Deux batteries de GIMART (Sans les cuves….Elles étaient généralement en cuivre) sont encore visible à AJANGUA-VOUZE et A SOULOU.

 

 Site de Ajangua-Vouze  (le foyer de la batterie de gimart) 

La fosse qui recevait les bassines de cuivre

Détails des supports sur lesquels reposaient les bassines de cuivre

Copyright PINGANAUD/LACHERY Décembre 2005

Partager cet article

Repost 0
Published by PINGANAUD Frédéric, LACHERY Laurent - dans A quoi ça sert
commenter cet article

commentaires

Bienvenue

maquette-blog-copie.jpg

Visiter une friche industrielle à MAYOTTE, n'est pas sans danger.

Ayez toujours à l'esprit que les usines sucrieres etaient parcourues de carneaux  ( couloirs souterrains dans lesquels circulait l'air et qui peuvent mesurer j'usqu'à 2 métres de hauteur ) que ces derniers peuvent a tout moment s'effondrer, il en est de meme pour les chaudières enterrées.
Certaines pieces mécaniques peuvent peser jusqu'à plusieurs centaines de kilogrammes, ne les déplacez pas ...

Enfin nos recherches nous ont amenés à découvrir que les abeilles adorent fabriquer du miel dans les "tas de ferraille" certains s'en souviennent encore....

 

Les photographies et les textes rédigés sont la propriété exclusive de leurs auteurs .L'exploitation commerciale de tout ou partie des documents requiert une autorisation spéciale.L'exploitation pédagogique des documents et photographies n' est autorisée que  si elle rentre dans le cadre exclusif des apprentissages et n'engendre pas de publication à visée commerciale.

 

Copyright  2005-2011 : PINGANAUD/LACHERY /MAYOTTE.

 

Recherche

Partenaires

bannierematialpte

 

mdf

Nous on aime....

logo_fin_reduit-copie-1.png

Nous contacter